Mme le Directeur général, Mme la Directeure générale ou Mme la Directrice générale ?

La féminisation des métiers comme celle des fonctions reste un débat en France. La parité a du mal à avancer dans un pays où la langue reste un «trésor national» avec une vestale attitrée : l’Académie française.
Et force est de reconnaître que l’Académie française ne se laisse guère influencer par la féminisation de pans entiers de la société, notamment du côté des entreprises et de la vie publique.

Ainsi, alors que la langue courante admet sans problème les mots comme :

  • auteure,
  • écrivaine,
  • ingénieure,
  • professeure,
  • procureure,
  • chercheure.

L’Académie française considère quant à elle que ces formes de féminisation «sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes
Selon elle, la règle est d’utiliser un déterminant au féminin (la, cette, une,…) avec un nom qui reste invariable :

  • une écrivain,
  • une professeur,
  • une ingénieur.

Précision d’importance ! Dans ce cas, écrivain, professeur et ingénieur ne sont pas au masculin mais au «masculin à valeur générique», ou encore au «masculin non marqué».
La meilleure illustration de l’usage de ce masculin est celle de Madame le secrétaire perpétuel de l’Académie française.

Quand je pense qu’avant d’écrire ce billet, je ne savais même pas qu’il existait un «masculin à valeur générique».  En même temps, un masculin à valeur générique peut rendre une phrase assez savoureuse :

  • Le gendarme s’est mariée en robe blanche.
  • Le chirurgien s’est sentie mal à l’aise.
  • Le capitaine a accouché d’un beau garçon.

Bien écrire au travail : la féminisation des métiers et fonctions

Mais ça, c’était avant…

Avant le guide»Femme, j’écris ton nom… : guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions» publié par la Documentation française en 1999…

Et surtout avant sa remise au goût du jour en octobre 2014 du fait d’un «Madame le président», sciemment adressé à la vice-présidente de l’Assemblée nationale.

Hasard ou coïncidence, à peine trois ans après cet incident linguistique très fortement médiatisé, c’est une circulaire qui impose l’usage des règles de féminisation des grades et fonctions. Ainsi, «lorsqu’un arrêté est signé par une femme, l’auteure doit être désignée, dans l’intitulé du texte et dans l’article d’exécution, comme “la ministre”, “la secrétaire générale” ou “la directrice”».
De même, «s’agissant des actes de nomination, l’intitulé des fonctions tenues par une femme doit être systématiquement féminisé».

La référence pour les règles de féminisation à appliquer est le guide,«Femme, j’écris ton nom ».»

Que retenir du guide « Femme, j’écris ton nom… » ?

Je tente ici une synthèse des principales règles à appliquer dans nos écrits professionnels.

Dans la féminisation des noms comme pour toutes les règles de grammaire de la langue française, il y a :

  1. La règle générale.
  2. Les cas particuliers de la règle générale.
  3. Les exceptions.

1. La règle générale

La règle générale est que la forme féminine d’un nom s’obtient en ajoutant un muet à la finale du masculin :

  • Un avocat – Une avocate
  • Son voisin – Sa voisine
  • Un adjoint – Une adjointe
  • Un agent – Une agente
  • Le consultant – La consultante
  • Cet écrivain – Cette écrivaine

2. Les cas particuliers de la règle générale

Ces cas particuliers sont liés à des modifications grapho-phoniques. Autrement dit une façon particulière d’écrire un mot pour qu’il concorde avec sa prononciation. Le français aime les mots qui « sonnent » bien à l’oreille (-phonique) et adapte l’écriture en conséquence (grapho-).

AU MASCULIN AU FEMININ
Doublement de la dernière consonne  
  • un chirurgien
  • un mécanicien
  • un colonel
  • un doyen
  • un électricien
  • un industriel
  • un informaticien
  • un vigneron
  • une chirurgienne
  • une mécanicienne
  • une colonelle
  • une doyenne
  • une électricienne
  • une industrielle
  • une informaticienne
  • une vigneronne
Au féminin, les noms qui finissent par une consonne doublent la consonne puis prennent un –e final
Modification de la dernière consonne  
  • un créatif
  • un sportif
  • un syndic
  • une créative
  • une sportive
  • une syndique
Modification liée la lettre finale : -f et –c.
Ajout d’un accent sur la dernière voyelle  
  • un bâtonnier
  • un conseiller (culturel, d’État, municipal…)
  • un greffier,
  • un huissier,
  • un menuisier,
  • un officier,
  • un pompier,
  • un préfet,
  • un sommelier
  • une bâtonnière
  • une conseillère (culturelle, d’État, municipale…)
  • une greffière
  • une huissière
  • une menuisière
  • une officière
  • une pompière,
  • une préfète,
  • une sommelière
Les noms qui finissent au masculin par la consonne –r ou –t prennent un accent grave au féminin en plus d’un –e final.
Cas particuliers  
  • un chef
  • un clerc
  • un conseil
  • un témoin
  • une chef
  • une clerc
  • une conseil
  • une témoin
La formule épicène (masculin = féminin) est retenue pour les quelques cas dont la féminisation est difficile à l’oreille.

 

3. Les exceptions

mot au masculin se terminant par :

mot au féminin se terminant par :

-e

-e

  • un architecte
  • un astronaute
  • un cadre
  • un capitaine
  • un diplomate
  • le garde (des Sceaux)
  • un garde-malade
  • un gendarme
  • un géologue
  • un interne
  • un interprète
  • un juge
  • un manœuvre
  • un ministre
  • un paysagiste
  • un peintre
  • un psychiatre
  • un vétérinaire
  • une architecte
  • une astronaute
  • une cadre
  • une capitaine
  • une diplomate
  • la garde (des Sceaux)
  • une garde-malade,
  • une gendarme
  • une géologue
  • une interne
  • une interprète
  • une juge
  • une manœuvre
  • une ministre
  • une paysagiste
  • une peintre
  • une psychiatre
  • une vétérinaire
Les « vieilles » formes du féminin en « -esse » : hôtesse, mairesse, maîtresse, poétesse…sont bien entendu correctes.

Mais, l’usage consacre de plus en plus les formes épicènes de type  : une maire, une maître (d’hôtel, de conférences, etc.), une poète…

ou -i

-e

 
  • un attaché
  • un avoué
  • un chargé (de cours, d’études, de mission)
  • un député
  • un apprenti
  • une attachée
  • une avouée
  • une chargée (de cours, d’études, de mission)
  • une députée
  • une apprentie
 On retrouve ici le principe de la règle générale.

-eur

-euse

 
  • un ouvreur
  • un chercheur
  • un démarcheur
  • un entraîneur
  • un programmeur
  • un receveur
  • un pisteur

 

 

 

  • un ouvreuse
  • une chercheuse
  • une démarcheuse
  • une entraîneuse
  • une programmeuse
  • une receveuse
  • une pisteuse

 

 

 

La forme féminine se termine par -euse lorsque le nom est issu d’un verbe :
démarcher ->démarcheur -> démarcheuse
acheter-> acheteur-> acheteuse.Exceptions :
une avionneuse,
une camionneuse.L’usage contemporain privilégie parfois la forme en –eur(e), par exemple : une chercheuse  -> une chercheur(e)A noter : les anciennes formes en -esse s’utilisent encore dans la langue juridique :
défenderesse,
– demanderesse,
– venderesse,

-eur

-eure

 
  • un assesseur
  • un censeur
  • un commandeur
  • un entrepreneur
  • un gouverneur
  • un ingénieur
  • un professeur
  • un proviseur
  • une assesseur(e)
  • une censeur(e)
  • une commandeur(e)
  • une entrepreneur(e)
  • une gouverneur(e)
  • une ingénieur(e)
  • une professeur(e)
  • une proviseur(e)
La forme féminine se termine par –eur(e) lorsque le nom n’est pas issu d’un verbe.

A noter que les terminaisons en –eur ou en -eure sont toutes les deux correctes.

 

-teur

-trice

 
  • un agriculteur
  • un auditeur
  • un compositeur
  • un conducteur
  • un correcteur
  • un directeur
  • un éditeur
  • un inspecteur
  • un instituteur
  • un percepteur
  • un promoteur
  • un recteur
  • un tuteur
  • une agricultrice
  • une auditrice
  • une compositrice
  • une conductrice
  • une correctrice
  • une directrice
  • une éditrice
  • une inspectrice
  • une institutrice
  • une perceptrice
  • une promotrice
  • une rectrice
  • une tutrice
La forme en –trice au féminin est requise quand
– il n’existe pas de verbe correspondant au nom(agriculteur, aviateur, instituteur, recteur…),– ou bien si le verbe est apparu postérieurement au nom (acteur/acter, auditeur/auditer).Nota : La règle s’applique aux noms empruntés à l’anglais, qu’ils soient francisés ou non : reporter -> reporteur -> reportrice ; supporter -> supporteur -> supportriceL’usage contemporain privilégie parfois la forme en –eur(e), par exemple: une sculptrice, mais aussi une sculpteur(e).

-teur

-teuse

 
  • un acheteur
  • un ajusteur
  • un batteur
  • un étiqueteur
  • un transporteur
  • une acheteuse
  • une ajusteuse
  • une batteuse
  • une étiqueteuse
  • une transporteuse
La forme en –teuse au féminin est requise quand le nom est issu d’un verbe qui se termine par un -t

-ateur

-atrice

 
  • un animateur
  • un conservateur
  • un curateur
  • un dégustateur
  • un formateur
  • un programmateur
  • un rédacteur
  • un sénateur
  • une animatrice
  • une conservatrice,
  • une curatrice,
  • une dégustatrice,
  • une formatrice,
  • une programmatrice,
  • une rédactrice,
  • une sénatrice
Les mots en –ateur se féminisent en -atrice

 

 

Doit-on respecter absolument respecter ces règles de féminisation dans un écrit professionnel ?

Ça dépend.

  • Si vous n’êtes pas fonctionnaire, faites comme vous voulez. Soit en suivant les préconisations de l’Académie Française, soit en suivant celles du Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions.
    Voire encore autrement. Car en matière de féminisation des fonctions, c’est la personne concernée qui choisit.

Ainsi, pour reprendre la question du début, à savoir quelle formule choisir : Mme le Directeur général, Mme la Directeure générale ou Mme la Directrice générale ?

Si on respecte strictement le guide, seule Mme la Directrice générale est correcte. L’Académie française, au motif que les fonctions sont neutres préconiserait Mme le Directeur.
Mais certaines directeures ne supportent d’être appelées directrices.

Bref, tout est possible. A condition de ne pas fâcher votre interlocutrice. Ainsi, autant que possible, renseignez-vous avant de lui écrire. Cela vous permettra de savoir comment elle a choisi de se faire appeler.

Une chef d’entreprise pourrait bien préférer être cheffe ou encore chèfe
Attention cependant, en cas de doute : restez-en à la règle établie. Autrement dit à « chef » qui est un mot épicène (s’emploie indifféremment au masculin ou au féminin).

  • En revanche, si vous appartenez à la fonction publique, vous êtes tenu de strictement appliquer les règles de la Circulaire du 21 novembre 2017 relative aux règles de féminisation et de rédaction des textes publiés au Journal officiel de la République française. Et donc, vous devez appliquer les règles du guide « Femme, j’écris ton nom ».

Comme la langue française, c’est aussi une histoire de syntaxe, il y a aussi un certains nombres de règles à respecter.
Pour être au clair avec tous les cas de syntaxe liés à la féminisation des mots, je recommande cet excellent site de nos amis canadiens.

 

Post-scriptum : Je remercie Gabriela Alfaro Madrigal, dont l’article « La féminisation des noms de métier…, une question de mentalités ? », paru dans Revista de Lenguas Modernas, N° 12, 2 010 / 139-149, a inspiré ce billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.